Développez un Business qui vous Inspire, au service de votre Vie et de vos Clients.

Épisode #1 | Blessure, Dépression, Galère et Million

Pourquoi ai-je décidé de faire des podcasts ? 

Ça fait longtemps que j’ai envie de créer ce podcast et j’ai énormément à transmettre, j’adore transmettre, j’adore éduquer. J’adore passer du temps à faire des séminaires avec nos clients etc. Je me suis rendu compte que le format vidéo, ce n’est pas forcément ce qui m’inspire le plus parce qu’il à cette pression de devoir tourner une vidéo, de devoir à avoir le bon cadre etc. Je me suis dis que c’était le bon de lancer un podcast et de pouvoir partager davantage de contenu, davantage d’inspiration avec vous puisque ce podcast, il va être pour des gens qui ont envie de créer une vie de dingue grâce à l’entreprenariat.

Notre vie est remplie à 80% du temps, par notre travail et la clef pour vivre la vie la plus inspirante possible, c’est d’avoir un travail, une entreprise, une mission pour laquelle on se lève chaque matin et pour laquelle on a juste envie de se dépasser le matin et de donner le meilleur chaque jour. 

Pour autant, lorsqu’on lance une entreprise, ce n’est pas toujours facile, on ne sait pas comment faire, on doute, on à pas les outils, les stratégies. Il y a énormément de contenus disponibles sur internet aujourd’hui et on se dit: “qu’est-ce que je dois appliquer parmis tout ça”. 

Mon but à travers ce podcast, c’est de vous donner les outils et vous expliquer comment est-ce qu’on a fait pour passer de 0 à + de 3 millions de chiffre d’affaire, en l’espace de 24 mois, tout en ayant une activité qui m’inspire et en créant la vie de mes rêves. À l’heure où j’écris ceci, j’ai la vue sur la mer et j’ai toujours rêvé d’avoir cet appartement au bord de la mer et maintenant c’est le cas. 

Comment faire pour passer de 0 à + de 3 millions de chiffre d’affaire en l’espace de 24 mois

Il y a 4 ans, lorsque j’ai commencé, je n’aurais pas cru que c’était possible. J’avais ce rêve mais il y avait une partie de moi qui me disait :

“Ce n’est pas possible, tu ne vas pas y arriver, ce n’est pas pour toi, regarde tous ces gens qui réussissent, ils sont plus intelligent que toi, ils ont quelque chose que tu n’as pas”.

Heureusement il y a eu des mentors, des coachs et des formateurs qui m’ont guidés et mon but aujourd’hui, c’est de passer cette torche et de pouvoir vous permettre de pouvoir créer la vie de vos rêves dans 1 an, 2 ans, 4 ans s’il le faut.

Je jouais au tennis

Pour ceux qui ne me connaissent pas, tout à commencé  il y a plus de 10 ans puisqu’à l’époque j’étais sportif de haut niveau. De l’âge de 12 à 17 ans, j’avais une vrai passion pour le tennis. J’ai eu une enfance assez extraordinaire puisque je n’allais pas à l’école.

À l’âge de 16 ans, j’ai eu mon premier titre de champion de France mais pour autant 6 mois plus tard je me suis blessé et je ne pouvais plus jouer au tennis.

Je suis alors rentré vivre avec ma mère à Paris et là les choses ont commencé à se dégrader. J’ai commencé à me replier sur moi, ma vie n’avait plus de sens parce que je ne pouvais plus jouer au tennis, j’avais de la colère. Lorsque je jouais j’avais hyper mal au coude parce que j’étais blessé. Petit à petit, j’ai décidé d’arrêter le tennis d’étudier au lycée et là je ne comprenais pas ce qu’il se passait autour de moi.

J’avais l’habitude de voyager, de ne pas avoir de contrainte, de faire ce que j’aime: jouer au tennis toute ma vie. Et là, à 17 ans, je me retrouve à prendre le bus tous les matins et arriver dans ce lycée où je ne comprends pas le sens de la vie. Pourquoi est-ce qu’il faut travailler, pourquoi il faut faire quelque chose qui n’a pas de sens pour nous. 

Se former en finance pour suivre les obligations sociétales

Finalement pour faire plaisir à ma famille, je décide de me lancer dans des études de finances qui à l’époque ne m’inspiraient pas mais à l’école, lorsque t’es bon en math on te dis: “sois tu fais finance, médecine, prépa.”. J’avais ni envie de faire médecine, ni envie de faire prépa. Donc je me suis dis, je vais faire de la finance. Je me suis très vite rendu compte que ce n’était pas du tout pour moi. Je n’arrivais pas à m’intégrer, je ne connectais pas avec les gens autour de moi, on avait pas de point commun, on avait pas les mêmes valeurs. 

J’ai toujours été quelqu’un de très passionné dans la vie et très vite j’ai développé une passion pour la cuisine et la pâtisserie. C’est le seul moment où je pouvais exprimer ma créativité, parce que je me sentais totalement bridé pendant mes études, j’avais l’impression qu’on attendait juste que je fasse des calculs et que je sois un robot. Du coup je suis rentré chez moi et j’ai pu développer cette passion. 

J’ai lancé un blog de cuisine

J’ai lancé un premier blog sur la cuisine et la pâtisserie. A l’époque, je ne savais pas du tout qu’on pouvait gagner sa vie avec internet. J’avais ce blog avec lequel j’exprimais ma passion, je transmettais au gens des recettes que j’expérimente, des choses que j’aimais. C’était ma façon à moi de transmettre, d’échanger, de faire quelque chose qui avait du sens. 

Du coup au fur et à mesure des années, pendant mes études,  j’ai commencé à avoir pas mal de gens qui me suivaient sur la pâtisserie et la cuisine. Mais à côté pendant mes études c’était toujours vide, je séchais de plus en plus les cours. J’avais de moins en moins envie d’aller en cours et je voyais le monde du travail qui se rapprochait et je savais qu’un jour je devrais aller travailler et arrêter de m’amuser dans la vie. J’appréhendais ça, jusqu’au moment où mon stage d’étude a commencé, je travaillais pour une grande banque française. 

Perte de sens complet

A ce moment-là, j’ai découvert qu’on m’avait menti. Pendant 5 ans je disais à ma mère que je n’aimais pas mes études et elle me répondait: “c’est normal que ça n’ait pas de sens pour toi  aujourd’hui, mais tu comprendras lorsque tu te mettras à travailler et pourquoi tu apprends tout ça.” 

Et là, j’arrive à mon stage de fin d’étude et ça a toujours aussi peu de sens pour moi. En plus je n’aime pas mes collègues. Je les vois, ils ont 40 ans et je me dis: “J’ai surement pas envie d’être comme ça dans 20 ans”, leur vie ne me fait pas du tout envie. Du coup je commence à me demander qu’est-ce qu’il à d’autre de possible. 

Une bouffée d’air

En parallèle je reçois un e-mail d’une société de production japonaise, qui me propose de partir au Japon pour tourner une émission de télé pour un mois. Le but de cette émission, ça va être de rencontrer les plus grands chefs japonais et de pouvoir discuter avec eux, voir comment ils travaillent et moi pouvoir partager mon expérience à travers une émission de télé, partager ce que je ressens, ce que je vie  et comment j’expérimente la cuisine japonaise.

Donc lorsqu’ils me proposent ça je me dis: “bah oui, j’y vais” direct. Deux jours avant la fin de mon stage, je demande à mon patron si je peux partir et il me dit, c’est bon tu peux partir deux jours avant, pas de problème. 

Je décolle pour le Japon, le premier jour on visite un peu Tokyo et le deuxième jour on part pour les campagnes japonaises et là je rencontre le meilleur producteur de riz du Japon.

Du coup le matin on passe la matinée à cultiver le riz, à travailler dans les champs etc. Le soir; il m’invite chez lui et me fait découvrir pleins de plats de riz, parce que le riz c’est sa passion.

Le déclic

Pendant notre repas, je le regarde droit dans les yeux et lui demande: “Pourquoi tu fais ce que tu fais aujourd’hui, qu’est-ce qui te passionne dans le riz.” Là, il prend quelque secondes pour réfléchir, il respire, il me regarde droit dans les yeux et me dit: 

  • “Pour moi, c’est une mission de faire ça”. 

Et au moment où il me dit ça, je me sens bouleversé puisque pour moi le travail ce n’est pas une mission, je me dis que tu dois travailler pour gagner de l’argent. Et à ce moment là je me demande: “C’est quoi ma mission ? J’ai aucune idée de ce qu’est ma mission mais je sais ce qu’elle n’est pas.” Ce qu’elle n’est pas d’aller travailler dans une banque pendant 40 ans pour faire quelque chose qui n’a pas forcément du sens pour moi. 

Cette conversation me bouleverse, je suis vraiment inspiré

Je rentre à l’auberge le soir après le dîner et dans le camion pour rentrer à l’auberge, je gamberge beaucoup, je me dis:

  • “C’est quoi ta mission, tu ne peux pas continuer à travailler dans une banque quand tu rentres en France”.

Du coup, j’arrive dans l’auberge, je prends mon ordinateur, immédiatement j’envoie un e-mail à la banque dans laquelle je devais travailler en CDI et je leur dis :

  • “Finalement je ne prendrais pas ce CDI, ce n’est pas fait pour moi, donnez le à quelqu’un d’autre.” 

Des décisions importantes aux grandes conséquences

A ce moment-là, c’est la première décision importante que je prends dans ma vie: je décide que j’ai envie de vivre une vie à partir de ma mission et non pas une vie juste pour gagner de l’argent et plaire à mes parents.

Les jours s’enchaînent,  je suis de plus en plus inspiré. Je rencontre tous ces chefs qui sont les meilleurs chefs du Japon et je me rends compte qu’ils sont tous passionnés par leur métier. Ils travaillent 20H par jours et ils ne voient pas ça comme un travail mais comme une mission. Ils ont juste envie de servir le client, que le client passe un moment incroyable dans leur restaurant et je me dis:

  • “Waouh, c’est tellement beau de voir des gens qui vivent une vie où ils sont nourris de l’intérieur. Ils ont pas de ce travail comme je voyais en France où les gens ont les épaules baissées lorsqu’ils arrivent au travail et tout le monde fait la gueule. Ils ont tellement de joie, ils vivent en fait”.

Les semaines passent, je rentre en France et là je commence à lire énormément de livres sur le développement personnel. Je commence à lire un premier livre qui est “Pouvoir illimité” par Tony Robbins. A cette époque là, j’ai pas de travail, je sais pas ce que je vais faire, je sais juste que je viens de refuser un CDI donc je me demande vraiment ce que je vais faire.

Je lis ce premier livre et là le premier chapitre, il t’explique que tu es un être illimité et que la seul chose qui te limite dans la vie, c’est tes limites intérieurs et c’est toi-même avec ta tête.

Nous sommes illimités

Je commence ce livre un soir à 18H et je le lis jusque 22h, je peux pas m’arrêter de le lire tellement je suis inspiré par ce message qu’on est illimité et que tout est possible. Je me couche à 22h et à 3H du matin je me réveille, et je me dis : “en fait, je suis illimité donc je n’ai pas besoin de dormir plus.” Je commence à mettre mes chaussures, je sors de chez moi et là je vais courir. Et je commence à faire 2min, 5min, 10min et je vois que je cours de plus en plus vite, et rien ne m’arrête. Je ne suis pas fatigué, il est 3h du matin, je cours tout seul dans Paris et je continue. Au final je cours 2h à un rythme auquel je n’ai jamais couru. Je cours 2h à un rythme auquel  d’habitude je suis capable de courir 40min, et je me dis: “En fait, on est vraiment illimité” et pour moi c’est la première révélation incroyable de ce parcours.

On est illimité à partir du moment où on le décide et que notre cerveau est quelque chose de beaucoup plus puissant qu’on peut l’imaginer. 

Pour moi c’est une première révélation à laquelle je crois encore aujourd’hui et d’ailleurs ma société s’appelle “No Limit Impact” et c’est pas par hasard, parce que je crois à cette idée et c’est l’un des messages que j’ai vraiment envie de transmettre: qu’on est illimité.

Gagner sa vie avec un blog

Les semaines passent et je lis un deuxième livre qui s’appelle “Devenez ce que vous êtes” et je me demande: “je veux faire quoi de ma vie”.

Je fais des recherches sur internet et là je découvre qu’il est possible de gagner sa vie avec un blog. Et je me dis: “waouh, c’est tellement dingue, comment est-ce que tu peux être libre, faire ce que tu aimes, voyager dans le monde”. D’ailleurs cette promesse à l’époque de blogueur pro c’était: “devenez  libre et indépendant grâce à votre blog” et je me dis “waouh, c’est tellement ce que je veux”

Mon premier investissement

Derrière, je vois une autre formation qui s’appelle: “Lancement orchestré” et la promesse c’était: “un an de chiffre d’affaires en 7 jours” et là je me dis: “il me faut absolument cette formation.”

A l’époque ça coûte 2 000 euros, je me dis: “je ne sais pas comment je vais pouvoir payer”, je demande à ma mère de me prêter de l’argent. Elle accepte et j’achète cette première formation. C’est mon premier investissement à 2 000 euros. Et là, ce qu’il se passe, c’est qu’en une semaine je regarde toutes les vidéos. Il y a peut-être 30h de contenu, mais je passe ma semaine à regarder ces vidéos et j’applique tout. Deux semaines après, je fais mon premier lancement orchestré dans ma chambre avec un produit sur la pâtisserie. 

A l’époque tout le monde me dit:

  • “Julien, y a plein de recettes sur internet gratuitement, personne n’achètera jamais ton produit”. 

Je fais ce premier lancement orchestré j’appuis sur le bouton “Lancer” et j’envoie cet e-mail en mode “vous pouvez acheter” etc. Et là, je regarde au bout de 3 heures, toujours pas de vente. Je me dis “mince, ça ne marche pas.” Je reçois un premier e-mail au bout de 4 heures qui me dit: “J’ai essayé de m’inscrire à votre programme, je veux vraiment m’inscrire à votre formation mais le bouton ne marche pas.” Et là je me dis “mince, le bouton ne marche pas”.

Du coup immédiatement je vais changer ça, je fais marcher le bouton et je me dis “peut-être, c’est ça le problème”. Et je regarde, renvoie un e-mail en mode “il y a eu une erreur sur le bouton, vous pouvez vous inscrire”. A la fin de la journée, j’ai déjà fais plus de 2 000 euros de vente. Et je fais: “waouh, ça marche”. Et au bout de 7 jours, j’ai fais 7 000 euros de ventes.

Je me dis “waouh, c’est pas une blague, tu peux vraiment devenir libre et indépendant avec ton blog”.

Pour moi c’est la fête, 7 000 euros en 7 jours, je me dis “je suis Bill Gates”?

A l’époque je vivais  encore chez ma mère, j’avais 0 frais, c’est ma mère qui me payais à manger, le loyer. 

7 000€ j’avais l’impression que c’était énormément d’argent et du coup derrière il faut tourner ma formation. Je commence à passer pas mal de temps à tourner la formation en ligne. Ça fait plusieurs années que je suis intéressé par le développement personnel, mais là comme j’ai du temps je commence vraiment à m’y intéresser.

Quelques semaines plus tard, j’assiste à un séminaire de développement personnel et à l’époque j’étais quelqu’un d’hyper timide. C’était super difficile pour moi rien que d’arriver à ce séminaire et parler à mon voisin. Quand je parlais à mon voisin, j’avais trop peur et je me sentais trop mal, j’avais le cœur qui s’accélère, j’avais chaud. 

Donc je vie ce séminaire et à la fin il nous fait vivre une visualisation très émotionnelle, et à ce moment là, je me vois parler devant 1 000 personnes. Je me voie être conférencier et impacter des gens en leur expliquant qu’on peut être libre et indépendant en vivant la vie de nos rêves etc. Mais sauf qu’à cette époque là, je suis encore ce jeune étudiant qui est ultra timide… Le soir quand je rentre chez moi je dis à ma mère que je veux être conférencier et les gens autours de moi ils rigolent et ils se disent: “Lui conférencier ? Il a déjà du mal à parler à la personne à côté de lui”. 

Avoir une idée c’est bien, passer à l’action c’est mieux

Le lendemain, je prends la décision de m’inscrire dans une école de coaching. J’investis tout l’argent que j’ai gagné dans une école de coaching parce que j’ai eu cette vision et c’est clair que c’est ce que je veux faire. 

Je m’inscris dans cette école de coaching, je commence à me former et quelques semaines plus tard, je me dis: “je vais organiser mes premières conférences”. Je vais lancer des articles de blog, lancer une chaîne YouTube sur le développement personnel. C’est ce que je fais, sauf que dans ces premières conférences, personne ne regarde mes articles, j’ai quelques dizaines de vues sur mes vidéos. Personne ne lit mes articles et dans mes conférences il y a entre 2 et 7 personnes qui viennent. C’est très compliqué pour moi de me retrouver dans cette salle entre 2 et 7 personnes, je persévère et je me dis :

  • “Comment ça se fait que les gens ne viennent pas ?”

Ce démarquer, avoir une niche

Trois mois plus tard (on est en 2016), je rencontre un marketeur, je lui demande s’il y a encore de la place pour les gens dans le développement personnel. Il me dit oui mais il faut que tu te différencies, tu ne peux pas juste dire j’enseigne le développement personnel, il y a trop de gens qui font ça. Là je me dis qu’il a raison  et du coup je commence à me demander c’est quoi mon unicité, c’est quoi mon histoire.

En fait c’est simple. J’ai été sportif de haut niveau, je pourrais reprendre tous les concepts que je connais en coaching. Préparation mental, développement personnel pour les appliquer aux sportifs de haut niveau pour créer des formations en ligne, des coachings auprès des sportifs de haut niveau.

Là, je crée mon deuxième business en ligne qui s’appelle “Mental d’acier” à l’époque. Je commence à écrire pleins d’articles et je découvre ce concept de la publicité facebook et des tunnels de vente. Du coup je crée un premier tunnel de vente et je me dis: “Est-ce que ça va marcher ?” Et j’ai aucune idée si ça va marcher ou pas.

Les tunnels de vente

Du coup je crée le premier tunnel, je passe des semaines à créer ce tunnel de vente. D’ailleurs c’est la phase depuis que je suis entrepreneur dans laquelle j’ai le plus travaillé. Je me levais à 6h le matin, je travaillais jusque 11h le soir et je prenais une heure pour déjeuner et c’est tout. Le matin et le soir, je mangeais devant mon ordi. J’allais peut-être courir 30 min mais c’était mon style de vie pendant plusieurs semaines jusqu’à ce que mon tunnel de vente soit en ligne.

La publicité facebook

Le jour où je lance mon tunnel de vente, je lance les publicités Facebook, à l’époque je mets 10€ de publicité. A l’époque j’ai l’impression de vendre ma mère tellement ça me parait une grosse somme et je me demande: “Est-ce que ça va marcher ?”
Je lance les 10€ le matin et j’attends toute la journée et là, à la fin de la journée, je reçois un email de Paypal qui me dit: Vous avez fait une vente à 67€. Je me dis: “c’est bon ça marche, j’ai compris”.

Le lendemain je remets 10€ de publicité et à nouveau 67€.  Et  là je me dis: “j’ai trouvé un moyen pour générer 57€ en automatique, tous les jours”. Et je fais mon calcul dans ma tête 57€ tous les jours sur 30 jours ça fait plus de 1750,00 € en automatique. Et là je me dis: “waouh, c’est cool, ça marche ce concept de tunnel de vente”. Et un jour je décide de mettre 20€ et ce jour là 0€ ventes. Du coup je me dis: “en fait tout va s’écrouler, je ne vais jamais réussir”.

Et j’en parle avec 2, 3 personnes qui s’y connaissent en publicité facebook et ils me disent: “c’est normal Julien, tu as doublé ton budget et il faut jamais doubler d’un coup”.

Du coup je reprends à 0, je repars de 10€ par jour et ça remarche. Je continue comme ça, quelques mois et au bout de deux mois, je génère 4000 à 5000€ de marge en automatique.

Et là je me dis :

  • “Le tunnel de vente et la publicité Facebook, c’est tellement génial.”

Tout est automatisé à ce moment là, je commence à intervenir un petit peu partout dans les clubs de tennis en France. Je fais des conférences dans le pays, on m’appelle pour donner des coachings. Très vite, je me suis imposé comme le leader de mon marché en France dans la préparation mental dans le tennis. 

Business duplicable ?

Un jour je rencontre un entrepreneur et il me demande ce que je fais dans la vie. Je lui explique les tunnels de vente, la préparation mentale, mes formations en ligne, la pub Facebook. Et il me dit: “Waouh c’est génial ce que tu fais, ça pourrait s’appliquer à moi peut-être”.

C’est une personne qui était sophrologue en cabinet et je lui répond “bah oui c’est sûr, si tu veux je peux t’aider. On met en place ça”.

J’avais du temps car tout fonctionnait en automatique, donc je me dis qu’on peut mettre ça en place pour lui. Alors on met tout ça en place et au bout de 2 mois, il double son chiffre d’affaires !!

Et je me dis:

  • “Waouh trop bien, ça marche pour moi, ça marche pour lui. Peut-être que je pourrais aider des milliers de personnes avec ça”. Je me dis que c’est le moment de créer un troisième business en ligne qui va s’appeler “Leader de ton Marché”. Dans celui-ci j’expliquerais aux gens et leur enseignerais comment ça marche de créer un tunnel de vente et comment ça m’a permis de devenir leader dans le coaching de préparation mentale dans le tennis.

Je commence à en parler à 2-3 personnes et ils me disent:

  • “Non Julien le marché du webmarketing aujourd’hui c’est saturé, ça marchera jamais, il y a déjà trop de concurrence.”

J’organise un webinaire; je mets 300 € de publicité facebook, avec ça j’ai 52 inscrits et je me souviens qu’il y a 21 personnes présentes le soir de ce live. Avec 21 personnes je me dis que ce serait bien si je pouvais faire 3, 4 ventes. A la fin je pitch mon produit et ce qu’il se passe c’est que je fais 12 ventes à 1000€. Et là, je fais ma première soirée à 12 000€.

Je me souviens après avoir fait ça, je m’assois dans le canapé, j’étais en coloc avec mon meilleur pote et je lui dis: “tu te rends compte, 12 000€ en une soirée.”

Monter au niveau suivant

Du coup, les semaines passent et je vends une formation en ligne où j’enseignais ce que j’avais fait dans le tennis, en expliquant aux gens comment faire pareil. Les semaines passent et je me dis, ça me saoule de vendre une formation en ligne, je vois que les gens n’appliquent pas vraiment ce que je leur explique alors que je sais que ça marche. Ça a marché pour moi, ça a marché pour ce sophrologue. Et en fait les gens ne passent pas à l’action. Ce n’est pas que ça marche pas, c’est qu’ils ne passent pas à l’action. 

Alors je me dis qu’il faudrait que les gens aient plus d’accompagnement, il faudrait qu’ils aient du coaching.

Tu souhaites passer au niveau suivant en toute sérénité ? Écoute l’épisode #115 | Voici ce qui t’empêche de passer au niveau d’après dans ton business

Continuer à investir en soi

Quelques jours passent et là je vois une publicité Facebook. Elle dit : “Vous pouvez vendre du coaching, du high ticket et vendre des vrais accompagnements pour les gens qui crées des résultats pour les gens.” Je clique en me disant :

  • “C’est absolument ce qu’il me faut”.

J’achète la formation sur le high ticket et je me dis que je vais faire pareil. Je commence à créer une offre à 5 000€ mais je me dis qu’à ce prix là, personne ne va acheter. Je n’avais jamais vendu un produit à plus de 1000€ donc je me dis que si je vends un produit à  5000€, les gens vont dire que c’est trop cher et personne n’achètera.

J’ai un séminaire qui arrive dont je ferai la présentation et je me dis autant proposer cette offre au 3ème jour du séminaire. J’arrive lors de ce 3ème jour, je me dis:

  • “Je présente cette offre ce matin”.

Passer à l’action, c’est important

Je suis hyper anxieux, je me dis les gens vont me rejeter, ils ne vont pas m’aimer et ça ne va pas marcher.

En fin d’après-midi, il reste une heure de séminaire et je n’ai toujours pas eu le courage de présenter mon offre tellement j’ai peur. Je me souviens qu’à ce moment là, je me dis une chose:

  • “Julien, tu sais pas si ça va marcher, mais ce soir, t’as pas envie d’aller de te coucher en te disant, je n’ai pas tout donné et en te disant je n’ai pas osé présenter ça, et avoir des regrets”.

Je me dis que même si je la présente mal, je vais la présenter mais juste pour moi. Donc je présente rapidement cette offre et je me dis s’il y a quelqu’un qui achète ce sera déjà cool et même s’il n’y a personne qui l’achète, je serais fière de l’avoir présenté.

Je présente cette offre et à la fin je dis: “si vous voulez cette offre, venez me voir”. J’étais en mode “ mais en mode: “si jamais il y a quelqu’un. Je pense pas que vous allez acheter, je pense pas que quelqu’un sera intéressé mais si au cas où il y a quelqu’un, venez me voir à la fin”.

Des ventes !

On fini le séminaire et la fin il y a 7 personnes qui viennent me voir et me disent “je veux cette offre à 5000€” et je leur demande “ok, tu as de quoi payer ?” l’air de dire “est-ce que tu l’as veux et tu achètes vraiment ?” et ils m’assurent qu’ils veulent acheter.

Et là je suis surpris, je me dis 7 ventes à 5000€ soit 35000€ de ventes en l’espace d’un pitch de 10 minutes. Là je me dis “waouh, ça marche le high ticket” et je réalise  qu’on est toujours les moins bien servi pour évaluer la valeur que les gens sont prêts à mettre chez nous.

Je continue comme ça et je mets en place un tunnel pour vendre ces programmes high ticket et 3 mois plus tard, je fais mon premier mois à plus de 100 000€. A cette époque, je travaillais de 9h à 20h. Je faisais des appels de vente toute la journée, j’en pouvais plus. 

Je ne veux pas être absent

Un jour ma copine rentre chez moi, on s’est pas vu depuis une semaine et là elle arrive vers moi, elle s’assoit sur le canapé et me dit:

  • “Julien, il faut que je te parle, OK ?

On s’assoit sur le canapé et elle me dit:

  • “Julien, il faut que je te dise quelque chose”.

Je lui répond :

  • “Ouai dis moi”? 

En général tu sais que ça sent pas bon quand ta copine te dis “il faut que je te dise quelque chose”.  

Elle me dit:

  • “Je suis enceinte”.

Et là, quand elle me dit ça, je me dis “je vais faire comment ? Je travaille toute la journée, 12 heures par jour, comment je vais faire pour maintenir mon business parce que là je suis tout seul”. Je me dis que je ne vais jamais réussir à maintenir mon business.

Je suis quelqu’un qui n’a pas connu son père. J’ai pas envie d’être ce père si on à un enfant tous les deux et je me dis qu’il faut absolument que je recrute.

Monter mon équipe

Le lendemain, je recrute ma première personne. Je lui dis:

  • “Tu vas commencer à faire les appels de vente”.

Les mois passent et je commence à recruter une deuxième personne, une troisième personne, une quatrième personne. À ce jour on génère plusieurs centaines de milliers d’euros par mois, on à une équipe de plus de 25 personnes et tout ça on l’a créé en l’espace de 2 ans.

Entre le moment où on a créé “Leader de ton Marché” et aujourd’hui à avoir une telle équipe avec de tels résultats, ça s’est fait en 2 ans ! 

Mon but aujourd’hui, c’est de vous permettre, à vous aussi d’être libre de cette même manière et de pouvoir créer la vie de vos rêves.

Peut-être votre but ce n’est pas de générer des centaines de milliers d’euros par mois et d’avoir plein de gens dans votre équipe. Peut-être que votre but c’est de pouvoir générer 10 000€ par mois, être seul à gérer votre business et pouvoir être libre et passer du temps avec votre famille. Je ne suis pas là pour juger de vos objectifs. Par contre je pense que chaque être humain à une mission qui lui est propre et que le but de chaque être humain est d’apprendre à arrêter de se comparer pour découvrir qui il est vraiment et s’autoriser à aller vers la vie de ses rêves.

Dois-je continuer à vendre en période d’épidémie ?

Je ne suis pas expert médical, en revanche, d’un point de vue économique, il est certain que les ventes vont devenir plus difficiles, l’argent sera d’autant plus délicat à aborder, car les gens vont vouloir le préserver.

En tant que coach, accompagnateur et gérant de plusieurs compagnies, lorsque les gens commencent à perdre leur emploi et commencent à moins dépenser, j’ai une responsabilité qui est celle de m’assurer que ma compagnie tourne. Cela devrait être ta responsabilité aussi. D’autant plus si aujourd’hui vous embauchez des personnes pour vous aider.

Par ces temps, plus que jamais, si vous avez un service qui aide les gens

C’est votre responsabilité de continuer à le faire. Peut-être qu’à travers votre accompagnement vous allez pouvoir aider vos clients  à mieux se préparer, à améliorer leurs finances, à agrandir leur business ou tout simplement à les rendre plus heureux. Il ne tient qu’à vous d’ajuster votre communication en tenant compte de la situation économique actuelle, de manière à pouvoir aider un maximum de personnes à travers ce que vous savez faire de mieux.

Aujourd’hui j’ai plus de 25 personnes qui travaillent avec moi en France comme à l’étranger. J’ai la chance qu’ils travaillent déjà tous chez eux, pour la majorité.  Si je ne prends pas cette responsabilité de vendre et d’aider mes clients, quel sera l’impact pour eux et leurs familles ?

Peur de se lancer à cause du regard des autres ?

Alors au cas où, vous auriez peur d’attirer les critiques de certains, je pense qu’il plus important et valorisant de pouvoir continuer à impacter la vie de vos clients tout en assurant l’écosystème de votre compagnie.

Oui, vous allez attirer des critiques avec des gens qui vont vous accuser d’utiliser cette situation de crise dans le but de se faire plus d’argent. Et tu sais ce que je pense ?

C’est ce que vous devriez faire. Prenez l’opportunité de vendre plus de vos programmes et services pour que votre business puisse continuer à vivre et se développer, afin que vous puissiez continuer à embaucher du monde et non débaucher. Mais aussi, afin vous puissiez continuer à aider les personnes qui ont fait appels à vos services et puissiez en aider et impacter davantage.

Donc oui je vais continuer à apporter de la valeur et aider les personnes qui souhaitent avancer dans leur vie. 

Aujourd’hui ce sont les entrepreneurs comme vous et moi qui allons fournir des emplois et soutenir notre communauté pendant que vos “haters” vont perdre leur emploi et être dans l’insécurité. Pas étonnant qu’ils se sentent frustrés.