Développez un Business qui vous Inspire, au service de votre Vie et de vos Clients.

Épisode #66 | Qu’est ce qu’être un leader

Dans un monde où la conformité est la norme. Où avoir de l’ambition, se développer personnellement et gagner beaucoup d’argent est encore jugé. 

La grande question est celle-ci. 

Comment des entrepreneurs et des coachs comme nous, qui transformons la vie de nos clients. Qui ne peuvent pas et qui ne veulent pas choisir entre le sens et l’argent, entre l’impact et la liberté, entre la vie de nos rêves et faire une différence dans la vie de milliers de clients. 

Comment pouvons-nous amener nos entreprises à générer des millions sans sacrifier notre authenticité, notre intégrité et ce qui est vraiment important pour nous. 

Mon nom est Julien MUSY

Bienvenue chez No Limit Impact.

 

Il y a deux semaines, j’étais en coaching

La coach avec qui je discutais me dit :

« Julien, quels sont les objectifs que tu as à la fin des 3 mois ? Si on doit terminer notre accompagnement, qu’est-ce qu’il doit se passer pour que tu sois hyper satisfait de notre travail ? »

Je lui dis :

« Wow, j’aimerais être un excellent leader pour mon équipe. »

Elle me dit :

« Ok, est-ce que tu sais ce que c’est ? Est-ce que tu sais ce que ça veut dire ? »

Je lui sors des phrases un peu bateau comme ça, qui sortent un peu de nul part.

Et elle me dit :

« Ok, en fait ce que tu vas faire la prochaine fois, pour la prochaine séance, ce que je te demande de faire, c’est de prendre un papier et un crayon, et de définir qu’est-ce qu’être un leader dans tes propres termes ?

Qu’est-ce que tu es toi, dans tes termes ? Ce qui ferait que tu te dirais wow je suis hyper content du leader que je suis aujourd’hui.

Définie-le exactement comment tu veux qu’il soit ce leader que tu as envie d’être.”

Ça m’a énormément aidé en fait de définir mon leadership dans mes propres termes et de me libérer un peu du fait que je dois être comme ça ou je ne dois pas être comme ça.

Pour moi, un leader, c’est quelqu’un qui a quelque chose qui l’inspire et qui a envie d’emmener les autres avec lui, et après je pense qu’il y a autant de leaders qu’il n’existe de personnes sur cette terre.

Et chacun peut choisir de définir la manière dont il a envie de leader les autres, la manière dont il a envie d’influencer les autres, la manière dont il a envie de tirer les autres.

Est-ce que tu as envie d’influencer les autres et de les leader parce qu’aujourd’hui le port du masque ne te plait pas, et du coup, tu as envie de tirer tout le monde vers le bas en te plaignant ? Parce que tu seras un leader dans cette manière-là.

Ou est-ce que tu as envie d’amener les gens à réaliser leurs rêves et faire ce qui est important pour eux ?

Ma recette miracle pour devenir un leader :

1ère étape : être hyper clair sur ce que tu veux.

C’est quelque chose que j’ai eu dès le début. J’étais clair sur le fait que je voulais toucher des milliers de personnes.

Je voulais transformer la vie de milliers de personnes et je voulais le faire à travers le business. J’étais hyper clair là-dessus.

À partir de là, je me suis demandé, Ok, je sais ce que je veux. Je sais que je veux générer des millions avec mon activité. Je veux impacter des milliers et des milliers de vies. Je sais ça.

2e étape : Modéliser ce qui existe déjà et ce qui marche déjà.

Comment est-ce que je fais ça ?

Souvent les gens s’arrêtent au « Comment », mais le « Comment », tu ne le connais jamais avant de l’avoir fait. 

C’est une des différences entre un leader et les autres, le leader n’a pas besoin de savoir « Comment » pour y aller. Il va y aller, il va tester, il va apprendre de ça… Il va y aller, il va tester, il va apprendre de ça. Il va essayer et réessayer. 

Ma recette miracle, c’est : 

  • Tu décides ce que tu veux. 
  • Tu regardes qui sont les personnes qui ont déjà ce que tu veux ?
  • Comment est-ce que je peux modéliser le succès qui existe déjà ? 
  • Comment je peux apprendre d’elles ? 
  • Est-ce que je peux me former ?
  • Est-ce que je peux discuter avec elles ?
  • Est-ce que je peux leur poser des questions ?
  • Est-ce que je peux acheter des programmes, de coachings ou juste regarder de l’extérieur ce qu’elles font et le modéliser ?

C’est la deuxième étape de ma recette miracle. : Modéliser ce qui existe déjà et ce qui marche déjà. 

3e étape : Agir massivement.

Quelques minutes avant de t’avoir en interview, j’étais en train d’onboarder deux nouveaux membres de l’équipe, en début d’après-midi. Et je leur disais :

« Par contre si vous travaillez avec nous, il faut que vous vous attendiez à quelque chose. »

Ce quelque chose, c’est que notre manière de travailler, c’est :

« On fait, on avance, et on verra après. »

Ce n’est pas :

« On réfléchit des années »

c’est :

« On fait, on a une idée. On fait, on avance, on corrigera après. »

Et ça pour moi, c’est la troisième étape de la recette miracle, c’est agir massivement. Mettre en place des actions. Ça ne marche pas, c’est normal… ça ne marche pas, c’est normal. Il y a un jour où ça marchera. 

4e étape : Faire des modifications et optimiser.

Quand ça ne marche pas, regarder, qu’est-ce qui ne marche pas, faire des modifications. Optimiser.

C’est hyper simple de réussir quelque chose.

Cette recette est simple mais pas facile..

Ma recette est simple, mais elle est loin d’être facile. Et c’est la différence. 

C’est simple. Il y a 4 étapes, il n’y a pas besoin d’une complexité et d’avoir fait polytechnique pour comprendre les 4 étapes que je viens de te dire.

C’est facile. Est-ce que ça va être confortable tous les jours ? La réponse est non.

Pour être honnête, cette recette miracle ne vient pas de moi. Je l’ai eu pour la première fois, il y a 5 ans, je crois. C’est Ultimate Success Formula de Tony Robbins. Dans ces 2 livres, il parle :

  • Des 4 étapes du succès.
  • Decide what you want.
  • Modélise ce qui existe déjà.

 

Cette recette ne vient pas de moi. Par contre, au début, je me suis dit :

« Wow, c’est bien, ça a l’air intéressant. »

Et au fur et à mesure, je me suis rendu compte

« Wow, en fait, ce n’est que ça. » « Ce n’est que ça. »

Je l’ai appliquée, puis dès que je n’ai pas ce que je veux, je me rappelle de ça.

 

  • Qu’est-ce que tu veux ? 
  • Est-ce que tu es clair sur ce que tu veux ? Oui je suis clair sur ce que je veux. OK.
  • Qui a déjà ce que tu veux ? 
  • Comment il a fait ? 
  • Est-ce que je peux modéliser ça ? Oui.
  • Agis massivement. 
  • Corrige… Corrige.

 

Ce que tu dis que tu veux, est-ce que tu le veux suffisamment pour pouvoir persévérer quand c’est dur ? 

Il y a 12 000 stratégies qui marchent, mais ce qui détermine à ce que « Oui ou Non » tu as les résultats, ça se joue dans ta tête et dans ta capacité à être clair sur ce que tu veux et persévérer jusqu’à temps que tu obtiennes ce que tu veux.

On ne peut pas ne pas influencer.

En PNL, souvent on dit :

« On ne peut pas ne pas communiquer. » 

Et je pense qu’on pourra étendre cette définition, et dire :

« On ne peut pas ne pas influencer. »

C’est-à-dire que si là, je commence à faire la suite des podcasts et dès que tu me poses une question je souffle parce que ça m’énerve, je vais t’influencer.

Je ne vais pas t’élever, mais je vais t’influencer. Ton état interne va baisser. 

À l’inverse, si j’ai de l’énergie, et que je joue avec ma posture, avec ma voix pour montrer que je suis content d’être là, je t’influence aussi. Donc effectivement, on ne peut pas ne pas influencer. 

Même si je ne dis rien, je t’influence par mon non verbal, par ce que je dégage, par ce que je ressens, je t’influence.

Effectivement, on ne peut pas ne pas influencer. Par contre, on peut influencer sans en avoir conscience. 

C’est souvent ce qui se passe. Tu influences constamment sans en avoir conscience et je pense que le jour où tu deviens un leader par choix, c’est le jour où tu décides de mettre de la conscience sur comment est-ce que tu es en train d’influencer les autres là maintenant.

Est-ce que tu es OK avec la manière dont tu es en train d’influencer les autres aujourd’hui. 

Et je pense que c’est là que tu touches justement au leadership. 

Tu es naturellement un leader

Tu es naturellement un leader, tu es naturellement en train d’influencer les autres. Par contre le vrai leader, c’est celui qui met de la conscience sur

« Comment il influence les autres »,

et celui qui a fait le choix conscient en amont de se demander

« Comment est-ce que j’ai envie d’influencer les autres ? »

Qu’est-ce que j’ai envie que les autres disent de moi ? 

Comment j’ai envie que les gens se sentent après avoir discuté avec moi ?

Comment j’ai envie que les gens se sentent après avoir passé une demi-heure, une heure avec moi ?

Est-ce que j’ai envie qu’ils se sentent élevés ? Qu’ils aient envie d’aller dépasser leurs rêves ? Qu’ils aient envie d’aller réaliser leurs rêves ? 

Ou est-ce que j’ai envie qu’ils se disent :

« Putain, c’était chiant de passer une heure avec cette personne ? »

Effectivement, on influence toujours. Maintenant, est-ce qu’on a fait le choix ou pas, conscient de décider de quelle manière j’ai envie d’influencer les autres. 

Pour amener ton business à un million, deux millions, trois millions par an éventuellement, selon le milieu dans lequel tu es, tu n’as besoin d’être un bon leader, tu n’as pas besoin d’être un bon dirigeant.

Tu as juste besoin d’être intelligent, et d’avoir un peu compris comment fonctionnait le système et comment fonctionnait le marché dans lequel tu étais ?

Par contre si tu veux aller à un autre niveau, là, je pense que c’est le seuil. Pour certains business, c’est 500 000, pour d’autres, c’est un million, deux millions, trois millions. Mais il y a un seuil au-delà duquel, ce qui t’a amené là t’empêche d’aller plus haut. 

Souvent ce qui t’amène à 500 000, à un million, à deux millions, c’est ta capacité à faire les choses, ta capacité à prendre les bonnes décisions, et à faire les bonnes actions. 

Après, si tu veux aller à un autre niveau dans le business, ce qui va t’amener à un autre niveau dans le business, c’est ta capacité à influencer les autres à faire les bonnes actions et à prendre les bonnes décisions. 

Ce n’est pas simple d’être un leader

Et je pense que c’est là que tu touches au vrai leadership, ce qu’est vraiment être un leader, ce qu’est être un dirigeant. Et ce n’est pas simple.

Je pense que durant les 12 derniers mois, je me suis rendu compte à quel point j’étais incompétent à ce niveau-là. Et aujourd’hui, je travaille beaucoup là-dessus. En ce moment, c’est vraiment mon focus.

C’est bon, j’ai démontré que j’étais capable d’amener une boîte à 3 millions. Je l’ai fait plusieurs fois, je l’ai fait avec plusieurs boites, je sais faire.

Maintenant, je vois que ce qui me bloque pour aller au niveau supérieur, c’est que je n’ai pas encore totalement développé ma capacité à amener les autres à le faire et à amener les autres à développer leur plein potentiel. 

Qu’est-ce qu’un excellent entrepreneur ? Un excellent dirigeant ? 

J’ai envie de te dire, celui que je serais peut-être dans plusieurs années, mais en tout cas, je ne le suis pas encore, et en ce moment, c’est vraiment mon focus. 

Et la compétence que j’ai envie de développer, c’est réussir à amener les gens avec qui je travaille à performer encore à un autre niveau, et c’est un challenge pour moi.

Souvent les gens, de l’extérieur, ils ont l’impression que je maitrise, que c’est facile pour moi, que c’est bon ou quoi, mais en fait, au début, il y a une première phase dans l’entrepreneuriat où en général, avec l’argent, tu te dis :

« Putain, le jour où j’aurais cet argent, c’est bon, j’y serais arrivé. » 

Et puis le jour où tu as cet argent, tu te rends compte qu’en fait, ça n’a rien changé à ma vie, absolument rien.

À partir de là, si l’argent ne résout pas les problèmes de ma vie, et si l’argent ne me rend pas heureux, qu’est-ce qui me rend heureux ? 

Je pense que pour tout être humain, ce qui nous rend heureux, on a deux besoins qui sont spirituels :

  • C’est le besoin de grandir.
  • Le besoin de contribuer.

Aujourd’hui, du coup, ce que je sais c’est que mon seul but, c’est de grandir et de contribuer. Et je sais que gagner plus d’argent ne changera absolument rien à ma vie. 

pourquoi vouloir gagner plus d’argent si l’argent, ce n’est pas important

Maintenant je sais aussi que j’aime l’argent, et j’aime compter l’argent, et j’aime me donner des objectifs en termes d’argent, parce que justement, l’argent me permet de voir aussi tout ce qui me reste à parcourir. 

J’ai donné cet exemple hier à une cliente qui me dit :

« Mais en fait Julien, pourquoi vouloir gagner plus d’argent si l’argent, ce n’est pas important pour toi ou en tout cas si ça ne change rien à ta vie et que ça ne te rend pas plus heureux. »

Je lui ai répondu :

« Un coureur de 100 mètres, si aujourd’hui il est à 10 secondes 10, est-ce que le fait de descendre sous les 10 secondes va le rendre plus heureux ? » 

Non. Mais par contre, ça l’amuse de vivre le process, de grandir et de se dépasser, pour un jour arriver sous les 10 secondes.

Pour moi, l’entrepreneuriat, c’est exactement pareil. Mon but c’est d’arriver à continuer à grandir et d’être le meilleur de ce que je peux être.

Pas parce que je crois que je mériterais ce jour-là ou que j’aurais plus de valeurs ce jour-là. Mais juste parce que ça m’amuse et que j’en ai envie.

Comment je reste humble par rapport à ça ?

C’est facile de te croire au-dessus, quand tu fais 3 millions ou 5 millions et que tu passes ton temps avec des gens qui font 100 000 euros.

Mais aujourd’hui, je passe du temps en fait, avec des gens qui font 50 millions, 100 millions, et je vois à quel point je suis nul à côté d’eux. Je vois à quel point je suis incompétent.

J’utilise ces mots « Je suis nul ». En fait, ce n’est pas « Je suis nul », c’est en tout cas « J’ai énormément à apprendre. »

Un des trucs qui m’aide à rester humble, c’est vraiment cette réalisation, je crois que c’est Socrate qui a dit ça :

« Plus je sais, plus je me rends compte que je ne sais pas. »

C’est exactement ce que je vis, plus j’avance dans l’entrepreneuriat, plus je me rends compte qu’en fait, je ne comprends vraiment rien.

C’est quelque chose que j’ai beaucoup expérimenté avec des gens qui génèrent entre 1 et 10 millions. C’est cette notion « plus tu avances et plus tu évolues et plus tu grandis, plus tu demandes comment je vais en arriver là. Je ne sais pas trop ce que je fais. »

D’ailleurs, je pense que c’est cette humilité et cette curiosité qui t’amènent à arriver à ce niveau. Tu es là pour apprendre, tu es là pour te remettre en question, et ne pas être vraiment dans cet état d’esprit de Goals Mindset.

Je ne fais pas les choses pour avoir du succès ou pour réussir ou quoi, je fais juste les choses pour grandir, et pour évoluer. 

Donc je veux continuer à grandir puisque ça m’amuse, puisque je veux évoluer, parce que je veux contribuer, mais j’ai déjà de la gratitude pour ce que j’ai maintenant.

Pour être un leader « Apprends constamment. »

S’il y a une journée ou une semaine où tu n’as pas appris, tu n’as pas suivi une formation, tu ne t’es pas fait coaché, tu n’as pas participé à un mastermind, tu n’as pas été dans une démarche qui te permets d’apprendre et de grandir, je pense que c’est une semaine à côté de laquelle tu es passé.

Le premier conseil, c’est vraiment « sois dans une démarche d’apprendre constamment. »

Pour être un leader, ne remet pas en question les conseils des gens plus avancés que toi.

Quand tu as des gens qui sont plus avancés que toi, qui te donnent des conseils, ne les remets pas en question, et ne les analyse pas, juste fais-le.

Et je pense que c’est un des problèmes qui empêche beaucoup de gens de grandir, c’est donner un avis sur les conseils qu’ils reçoivent. 

Si la personne a des résultats différents, c’est parce qu’elle a des croyances différentes que toi. Donc si elle te dit de faire ça, c’est parce qu’elle croit, elle pense différemment. 

Donc n’analyse pas, « est-ce que c’est bien ou mal » à partir de tes croyances, juste fais-le et tu verras.

Le chemin est long, le chemin est dur, mais c’est le chemin qui compte, et vois chaque challenge comme une opportunité. 

Je pense qu’aujourd’hui, c’est le troisième conseil qui est le plus précieux. Aujourd’hui, c’est ce qui me donne ma qualité de vie.

Pas l’argent que j’ai mais ma qualité de vie. Parce que je ne pourrais jamais éviter les challenges, je ne pourrais jamais éviter d’avoir des problèmes. Par contre, je peux toujours choisir comment je décide de voir les problèmes. 

Je peux voir le challenge comme un problème, et c’est horrible, je voudrais que ça se passe différemment, et me poser en victime de ça. Je peux prendre ma responsabilité, « response habilité », ma capacité à répondre et décider de percevoir le challenge autrement, et de le voir comme une opportunité. 

Oui, c’est inconfortable, mais pour autant, je décide d’en faire quelque chose. 

Je décide de grandir de ça, et je décide d’apprendre à aimer ça.

Je vois ça comme le tremplin pour pouvoir grandir, évoluer et devenir une meilleure personne. 

 

J’aimerais sincèrement te remercier de m’avoir rejoint et de m’avoir écouté aujourd’hui. J’espère sincèrement que ce que j’ai pu partager avec toi aujourd’hui a pu réellement t’aider. Et va surtout t’aider à créer un business qui génère des millions tout en servant les autres et en créant la vie de tes rêves.

Cet épisode t’a aidé aujourd’hui, alors assures-toi de le partager avec quelqu’un d’autre qui en a besoin. 

Cette mission de créer un monde dans lequel les coachs et les entrepreneurs impactent le monde, tout en créant la vie de leur rêve, ne pourra être atteint que lorsque nous partageons avec les autres ce qui nous a aidé.

Je t’invite à le partager dès maintenant.

Encore merci.

On se retrouve très bientôt pour un prochain épisode.

Tchao !