Développez un Business qui vous Inspire, au service de votre Vie et de vos Clients.

Épisode #203 | La préciosité et la dangerosité du feed-back

Et si la clé était de demander du feedback ? 

J’ai un petit défi pour toi à la fin de ce podcast, qui devrait vraiment te faire passer à un niveau supérieur, pour ton business, mais c’est aussi dans ta relation personnelle et à différents endroits.

Je sors, là, des 3 jours avec les clients Limitless Scaling. On était à Ténériffe. Je suis toujours à Ténériffe, mais on a passé les 3 jours-là bas. L’immersion est finie. Aujourd’hui, on enchaîne avec un jour de Team Building.

Je sens que mon corps est un peu fatigué. Parce qu’en plus, il y a un terrain de tennis juste à côté, donc j’ai des clients qui m’ont un peu défié. 

« Julien, on prend tennis, on prend un tennis. » 

Tous les soirs, on allait jouer au tennis. C’est un sport que je n’ai pas fait depuis longtemps. Donc mon corps n’a plus l’habitude, mais c’était marrant. Je te raconte ça pour l’histoire de feedback.

Honnêtement, à la fin de ces 3 jours, hier soir, je me demandais vraiment si les clients étaient contents ?

Vraiment, je me disais : « Je n’ai pas été bon. »

Je voyais tous les endroits où ce n’était pas terrible. Je voyais tous les endroits où je pouvais m’améliorer, où l’équipe pouvait s’améliorer, où on pouvait s’améliorer.

Et je me disais : « Fais chier. Putain. »

Je me disais vraiment ça quoi. Je suis passé à côté d’un truc comme ça. Et au final, en fait je me suis dit que le meilleur moyen de le savoir, c’était tout simplement d’aller demander du feedback. Donc j’étais voir tous les gens, le soir, après le séminaire. 

Et je leur ai demandé : « C’était comment, pour toi, ces 3 jours ? Comment as-tu passé ces 3 jours ? »

Bien sûr que tous m’ont donné des pistes d’amélioration et c’est ce que je leur demande et c’est ce que je demande à travers le feedback.

Je ne vais pas dire, une majorité, mais en tout cas plus de la moitié m’ont dit que c’était la meilleure immersion, jusqu’à maintenant.

Et c’est marrant parce que, dans mon référentiel à moi, ce n’était pas du tout la meilleure immersion. Mais ça m’apprends plusieurs choses.

Première leçon : Je n’ai pas besoin d’être en feu pour que les gens se transforment.

Ça m’apprend la première chose que pour beaucoup, c’était la meilleure immersion, parce que l’énergie était plus posée et plus calme. Et ça me montre qu’en fait, les gens n’ont pas besoin d’être émotionnel et je n’ai pas besoin d’être fire fire fire, feu feu feu pour que les gens se transforment.

Deuxième leçon : Les gens viennent chercher une expérience, une connexion, une communauté. 

La deuxième chose que je retiens par rapport à ça, c’est que les gens viennent chercher une expérience, une connexion, une communauté. Et là, ils se sentent plus en famille que d’habitude. Le calme favorise aussi ce sentiment de sécurité entre eux. Ils se connaissent de plus en plus. Et ça fait de cette immersion, pour certains, la meilleure immersion qu’on ait fait jusqu’à maintenant. Et ça, c’est une deuxième leçon, pour moi. Tout ne repose pas sur mes épaules et je peux laisser l’espace aux clients, pour eux aussi, être responsable de leur transformation, eux aussi être responsable de leurs immersions. Et plutôt favoriser le temps entre eux, plutôt que de me dire : 

« Putain, je dois assurer pendant les 3 jours. »

D’ailleurs, c’est ce qu’on a fait à un moment donné, le deuxième jour. J’ai été les voir au milieu de l’après-midi, en leur disant : 

« Tiens, qu’est-ce qui a besoin de se passer dans les 24 prochaines heures pour que vous vous ressortiez de ces 3 jours en disant : « Wow, ces 3 jours étaient incroyables. » ? »

Et pour beaucoup, ils vont me dire :

« Ah tiens, on voudrait un peu plus de travail en groupe. »

Et c’est ce qu’on s’est adapté. On a fini la journée comme ça, autour de ça. Le lendemain, on avait plus de travail en groupe. La leçon que j’ai vraiment retenue de ça, c’est de demander aux clients ce qu’ils veulent. Je n’ai pas besoin d’être un génie, je n’ai pas besoin d’être un champion et de tout savoir. J’ai juste besoin d’avoir l’humilité et la vulnérabilité de leur demander et de leur dire : 

« Tu sais quoi ? Je ne sais pas forcément ce qui est le mieux pour toi. J’ai cette idée, mais qu’est-ce que vous voulez, vous ? »

Donc ça, c’est la deuxième leçon. 

Troisième leçon : Le feedback est dangereux émotionnellement. Mais le feedback est précieux si tu as envie de progresser.

Souvent, on ne va pas demander du feedback, parce que nous-même, on est dur avec nous-même. Du coup, on n’a pas envie de demander et de prendre un deuxième coup. Déjà, on est en train de se flageller, nous. Du coup, on se dit : 

« Je ne vais pas m’enfoncer l’épine dans le pied. »

Troisième leçon, c’est vraiment demander du feedback, parce que les clients sont moins durs avec toi que tu ne l’es avec toi. Et ils vont avoir un oeil plus objectif, et tu vas aussi avoir un échantillon. Par exemple là, ils devaient être 50 clients sur Limitless Scaling, peut-être un petit peu moins, 45 ; 50, bref, un truc comme ça.

En fait, je ne dis pas qu’ils sont très positifs. Les gens sont très contents. Alors que moi, j’étais beaucoup plus dur que moi avec ça. Par contre, je vois effectivement deux pistes d’améliorations qui reviennent tout le temps, qui sont vraiment revenues, revenues, revenues. 

Et le paradoxe, c’est que ces pistes d’amélioration sont « connexion, connexion ». Plus de temps de connexion, plus de temps entre nous. Et ce qui est intéressant, c’est que moi, de mon côté, dès la première matinée, j’ai eu l’impression de vraiment rater mon introduction.

Du coup, derrière, je pense que j’ai essayé de compenser un peu le fait que comme mon introduction est ratée, du coup je dois réussir le reste en fait.

Et du coup, ce fait de réussir le reste, fait que je dois prouver quelque chose plutôt que de me demander comment je crée des temps de connexion entre eux. Donc ça, c’est ma leçon. 

Il y a quelques semaines encore, j’étais, à un moment donné, dans mon business où je ne savais pas ce qu’était mon rôle de CEO. Pendant 2 semaines, j’étais un peu perdu en mode, qu’est-ce que je dois vraiment faire en tant que dirigeant ?

Je suis resté un peu deux semaines, dans ce doute. Comment j’organise mon emploi du temps ? Qu’est-ce qui est vraiment efficient pour la boîte ? Juste à temps qu’il y a un moment donné où j’en parle avec David et Lyvai, qui sont directeur marketing et directeur des ventes de No Limit Impact. Et en fait cette conversation me rassure premièrement, et deuxièmement, elle me donne les clés dont j’avais besoin pour savoir exactement ce dont j’avais besoin. 

Et ma leçon de tout ça, de ce séminaire, de cette conversation, de ce truc, c’est à quel point demander du feedback est essentiel. 

Plus tu demandes du feedback, plus tu as d’informations, plus tu peux te rapprocher d’un point de vue objectif. 

Je pense aussi que  si je demande du feedback aux clients,  ils se sentent écoutés, entendus, et la relation de confiance augmente. Donc mon challenge, mon défi pour toi, aujourd’hui, c’est à qui est-ce que tu peux demander du feedback. À qui tu n’as pas demandé depuis longtemps ? 

Est-ce que c’est à tes clients ? Est-ce que c’est à ton équipe ? Est-ce que c’est à des gens autour de toi, importants pour toi ? 

Je crois qu’on ne demande jamais assez de feedback, et qu’on peut toujours en demander plus. C’est juste pour se protéger parce qu’on a peur. On a peur de dévaloriser ou je ne sais quoi. 

On ne va pas le demander alors qu’on passe à côté de notre plus grosse pépite. Je pourrais réfléchir 3 jours, vraiment me poser 3 jours,

« Comment j’améliore ce séminaire ? »

Rien ne vaut les 30 minutes que je passe à aller demander du feedback client par client.

Ces 30 minutes me font économiser 3 jours. En plus, elles me font aller dans la bonne direction. Elles me font comprendre mieux les clients, alors que sinon, c’était juste mes projections.

 Donc mon message aujourd’hui, c’est celui-là.

Demande plus de feedback. Le feedback est dangereux émotionnellement. Mais le feedback est précieux si tu as envie de progresser.

Ma leçon, ici, c’est qu’est-ce qui est le plus important pour moi ? Est-ce que c’est de maintenir l’image que j’ai de moi-même ? Ou est-ce que c’est vraiment de progresser ? Et si c’est de progresser, je demande du feedback.

D’ailleurs, je vais en profiter pour montrer l’exemple.

J’aimerais que tu m’envoies un message Instagram aussi, sur Instagram « Julien__Musy » pour me dire justement :

Qu’est-ce que tu aimerais voir plus dans ce podcast ? Et qu’est-ce que tu aimerais voir moins, de manière à ce qu’on crée ce podcast ensemble, le futur de ce podcast ensemble.

C’est ce que je te demande. Si tu peux m’envoyer un message Instagram pour me dire ça, premièrement.

Et deuxièmement, défis pour toi : Aujourd’hui, si tu veux rendre l’écoute de ce podcast efficient, demande du feedback à quelqu’un à qui tu n’en as pas demandé depuis longtemps. Ça peut être un client, un membre de ton équipe, ou des clients ou des membres de ton équipe ou quelqu’un de ta famille. 

Je t’invite vraiment à le faire. C’est ce qui va être le plus précieux pour toi pour avancer. Je te laisse sur ces défis. 

Je te souhaite une magnifique journée. Je te laisse m’envoyer un message Instagram pour me donner un feedback également.

Si jamais ce n’est pas encore fait, je t’invite à mettre 5 étoiles sur iTunes. C’est ce qui pousse le plus ce podcast, de partager ce podcast à un ami.

Je te souhaite une magnifique journée.